Intégration et apprentissage culturel au sein d’un établissement privé lyonnais :

Anis et Valantina, réfugiés irakiens

Thibault L, Régent des premières.

A partir d’avril 21015, le lycée Saint Thomas d’Aquin a accueilli deux jeunes irakiens au sein de ses classes. Valantina et Anis ont ainsi intégré des classes de langue française suite aux évènements liés à la situation extrêmement difficile vécue par les chrétiens d’Irak.  Les liens entre l’Irak et le Lycée Saint Thomas d’Aquin sont forts. En effet, l’aumônier de l’établissement, le Père Hanna est de nationalité irakienne, il a ainsi facilité l’arrivée et l’intégration de ces jeunes réfugiés en provenance de la ville de Mossoul.  Une question s’est donc posée à l’établissement : comment intégrer des allophones ? Quelle peut être la valeur ajoutée d’un établissement non spécialisée ?

L’établissement n’est pas spécialisé dans l’accueil de jeunes allophones contrairement à certains lycées publics français qui possèdent des dispositifs tels que l’enseignement Français Langues Etrangères (FLE).  Nos deux élèves irakiens ont donc subi une immersion rapide et profonde dans notre système scolaire. Nul doute que le choc culturel fut important : perte de repères linguistiques, difficultés à interagir et méconnaissance de la langue anglaise qui aurait pu servi de médium.  Entre avril et juin 2015, Anis et Valantina ont alterné temps de classes pour les familiariser avec les sonorités de la langue française et cours de français par le père Hanna. Il a ainsi joué un rôle majeur dès les premiers instants en tant qu’unique locuteur arabe de l’établissement.

A partir de la rentrée 2015,  nous avons pu mettre en place des actions plus ciblées. Chaque élève a intégré une classe : Anis en seconde générale et Valantina en première technologique. La priorité de leur scolarité demeure l’apprentissage et la maîtrise du Français. Un professeur de français donne ainsi une heure supplémentaire à chacun avec des méthodes adaptées. Le temps scolaire a aussi été aménagé pour qu’ils puissent suivre des cours de français destinés aux primo-arrivants au sein d’associations en dehors de l’établissement. La concrétisation et la sanction de cet apprentissage sera la validation du Diplôme d’Etude en Langue Française (DELF) auprès du rectorat en mai prochain.

Le défi est de taille mais une telle intégration dépasse la simple situation de ces deux élèves. Cette année intermédiaire a pour but d’intégrer nos élèves dans un cursus professionnalisant à la rentrée prochaine. L’intégration économique de ces élèves et donc de leurs familles passe par la capacité à leur donner les compétences nécessaire à l’apprentissage d’un métier. Leurs choix sont déjà faits : esthétique pour elle et coiffure pour lui. L’acquisition d’un niveau de français est donc impérative. On peut – à l’heure actuelle- dresser un bilan globalement positif : Anis est largement intégré et indépendant dans sa pratique du français, Valantina éprouve elle plus de difficultés mais progresse néanmoins régulièrement.

En définitive, une telle situation nécessite une réelle adaptation et une réflexion importante sur les actions à mettre en place par l’établissement. Les professeurs ont ainsi du développer des méthodes spécifiques pour servir au mieux l’intérêt des élèves. Le Lycée a de même du travailler de pair avec les responsables associatifs dans le but de faciliter au mieux les progrès linguistiques.

 

Valentina et son frère Anis, actuellement élèves à l'école Saint-Thomas d'Aquin d'Oullins, sont réfugiés irakiens en France. Ils font partie d'une famille nombreuse qui a trouvé refuge à Lyon. Cette famille fait partie d'une population chrétienne irakienne autochtone vivante en Irak. Cette population, toujours écrasée, marginalisée, anéantie, qualifiée de minorité pour ne pas lui donner de l'importance et de droits, elle a subi la frappe mortelle de Daech en juin, juillet et août 2015 ! C'est la catastrophe le plus cruelle qu'on puisse subir.

La famille de Valentina et Anis a abandonné sa maison, ses biens et sa ville de Qaracoche, le 6 août 2014. Parce que les terroristes de l'État islamique attaquaient la ville. Ils l'ont envahie. Ces terroristes sont destructeurs de la vie, de la culture et de la civilisation. Ils sont des tueurs de l'humanité. Tous les habitants de la ville de Qaracoche, pour se sauver, se sont dirigés vers Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan. 

A peu près 100 000 personnes de la plaine de Ninive (Mossoul) ont abandonné leurs villes et villages pour se réfugier au Kuudistan. Cette population chrétienne a tellement souffert parce qu'elle n'a trouvé ni accueil, ni logement, ni aide en Kurdistan ! Dès le premier jour de sa déportation, elle a été ravagée par le désespoir total ! 

La plupart de cette population a souhaité émigrer en de hors d'Irak pour mettra fin à toutes ses souffrances subies depuis tant d'années dans leur pays. Ils n'ont jamais eu la vie stable, pacifique, prospère ! Même au temps de Saddam, beaucoup de chrétiens sont morts durant la guerre avec l'Iran. Le seul espoir qui leur restait, c'est de partir loin de cette terre désormais maudite parce qu'envahie par des islamistes fanatiques et terroristes qui n'ont aucun respect pour la vie humaine. Partir pour pouvoir vivre dans la paix, tout simplement.  La France a accueilli à peu près 3000 personnes. Valentina et Anis font partie de ces personnes sauvées par la France. 

Mais la vie d'un réfugié en France n'est pas facile. Anis et sa sœur Valentina en savent quelque chose ! Il faut apprendre la langue française, accepter d'entrer dans la culture française, se conformer à la loi et aux valeurs de la France. Le programme est vaste mais justement pour bien réussir sa vie. Car le but, c'est la réussite de sa vie. Pour réaliser ce but, il faut avoir de la volonté et de la persévérance et il faut se mettre au travail quotidiennement et inlassablement ! Cela n'est pas facile, mais ce n'est pas impossible, surtout quand on est jeune, ayant la motivation ! Beaucoup d'immigrés et de réfugiés sont passés par là. On les trouve aujourd'hui au plus haut échelons de la société française.

Père Anis Hanna, op
 

Integration and cultural learning in a private school in Lyon: Anis and Valantina, Iraqi refugees.

Since April 2015, Saint Thomas d’Aquin secondary school took in two young Iraqi within its classes. Valantina and Anis became integrated into French classes after the extremely difficult situation lived by the Iraqi Christians. Saint Thomas d’Aquin secondary school and Iraq had already strong bonds. Indeed, the school chaplain, Father Hanna, is Iraqi and made their arrival and their integration easier. After their arrival from Mossoul, the school had to find a way to integrate young people speaking a foreign language and to work on the benefits that could be brought by a non-specialized school.

Unlike some French secondary schools who possess classes like French as a Foreign Language, our school is not specialized in taking in young people who don’t speak French. So our two Iraqi students experienced a quick and a deep immersion in our scholar system. Obviously, the culture shock was big: loss of linguistic elements, difficulties to interact and ignorance of English who could have been used as a medium. From April to June 2015, Anis and Valantina followed some classes to get used to the French sonorities and French lessons with Father Hanna. As the only person speaking Arabian in our school, he was of course a major actor of their integration.

Since the start of the school year, each student joined a class: 5th grade (general education) for Anis and 6th grade (technical education) for Valantina. The top priority for them is learning French in order to obtain a good command of the language. A teacher of French gives each of them an extra hour with adapted methods. Their schedule was also adapted to let them attend lessons in newcomers associations apart from school. The realization of this learning will be the validation of the Study in French Language diploma with the school board in May.

That’s not an easy challenge but an integration like this is beyond the simple situation of these two students. The objective of this interim year is to integrate our students in a professional qualification next year. The economic integration of these students and their families goes through their capacity to learn a job. They already made their choice: hairdressing for Anis and aesthetic for Valantina. So the acquisition of a good level of French is imperative. For now, we can draw up a positive balance sheet: Anis is widely incorporated and independent in his use of French, and even if it’s a bit more difficult for Valantina, she is progressing steadily.

Eventually, a situation like this requires a real adaptation and a lot of thoughts on the actions needed at school. It’s a good opportunity to work and collaborate with linguistic associations, it allows the teachers to develop adapted methods that answer the needs of students and it’s a wonderful human experience.

 

Valantina and her brother Anis, students at Saint Thomas d’Aquin secondary school, are Iraqi refugees in France. They belong to a large family who found refuge in Lyon. This family belongs to the Christian Iraqi population who lives in Iraq. This population is always crushed, marginalized, devastated and called minority to deprive them of their importance and their rights. In June, July and August 2015, she suffered a lethal strike from Daech! It’s the cruelest disaster that can be suffered.

Anis and Valantina’s family left their house, their possessions and their city of Qaracoche the 6th of August 2014 because the city was invaded by the terrorists of the Islamic State. This terrorists are life, culture and civilization destroyers. They are killers of humanity. To save their lives, all the citizens of Qaracoche had to run away to Erbil, the capital of the autonomous region of Kurdistan.

Almost 100,000 persons of the plain of Ninive (Mossoul) left their villages and their cities to take refuge in Kurdistan. This Christian population suffered so much because she didn’t find any acceptance, housing or help in Kurdistan! Since the first day of her deportation, she was ravaged by total despair!

Most of these persons chose to emigrate from Iraq to end the suffering of all these years in their country. They never knew a stable, peaceful and prosperous life. Even under Sadam, many Christians died during the war against Iran. Their only hope was to run away from their land, cursed by the invasion of fanatic and terrorist Islamists who don’t have any respect for human lives. Leave to simply live in peace. France welcomed almost 3,000 persons. Valantina and Anis are part of these people saved by France.

But life in France is not easy for an Iraqi refugee. Anis and his sister Valantina know that perfectly well! It’s necessary to learn French, to accept to become part of the French culture, to follow the laws and the values of France. It’s a vast program but it’s necessary to achieve a successful life. In order to achieve this goal, a lot of willpower and perseverance are needed and you have to daily and tirelessly get down to work! It’s not an easy task but it’s possible, especially when you are young and strongly motivated! Many immigrants and refugees had to follow this path and we can find some of them at the highest levels of the French society!

 

Father Anis Hanna, op
Thibault Laurin, Head of Studies for the 6th graders.
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now